Le deuxième jour, quant à lui, était consacré au processus créatif en tant que tel, à savoir l’enregistrement des tracks qui avaient été préalablement composées en midi, car de base, l’objectif était de les faire passer en backing track, et de jouer par dessus. Le seul soucis, c’est que Antoine, le batteur officiel, n’était finalement pas disponible avant 18h30 suite à un imprévu professionnel.

Dans un premier temps, le débat enregistrement « piste par piste » vs enregistrement « live » fut long, fastidieux et failli se terminer dans le sang. Le début de  solution a été un subtil mélange des deux : nous avons commencé, Simon et moi-même, par enregistrer la guitare et la basse par dessus des pistes fantômes en midi, mais en live, afin de conserver une certaine synergie.

Après avoir perdu pas mal de temps à cause de divers soucis techniques liés à Garage Band et à l’installation, on s’est rendu compte de plusieurs choses :

1) Ce n’était pas très marrant
2) On perdait l’énergie du live et un certain côté organique
3) On était en train de massacrer à la machette les tracks composées et arrangées avec brio par Piet
4) Ce n’était toujours pas très marrant

C’est là qu’on a dû se rendre à l’évidence : nous étions dans l’incapacité physique d’atteindre notre objectif principal, à savoir proposer un EP 5 titres au terme du séjour. En effet, la méthode de fonctionnement qu’on avait envisagée initialement n’était pas réalisable techniquement avec le matériel à notre disposition, n’était pas rigolote du tout, (ce qui est quand même dommage) et surtout, il nous manquait Antoine pour toute la journée, ce qui nous empêchait pas mal de possibilités.

On est donc parti sur autre chose….

… Un Live, totalement improvisé et sans complexe.

hqdefault

 

Publicités